La bonne aventure

Cela fait quelques mois que j’ai envie d’aborder ici ma pratique du tarot. Décrire comment je me suis retrouvée à rituellement tirer les cartes tous les matins, et expliquer les bienfaits que j’y trouve. J’avais déjà rédigé de nombreux paragraphes à ce sujet, mais je butais toutefois sur la façon d’illustrer mes propos. Comment prendre en photo mon jeu de cartes, en y insufflant une certaine mystique, sans tomber dans le convenu de tant de clichés que je voyais déjà en ligne ? J’avais envie d’essayer autre chose qu’une mise en scène à la Madame Irma, sans pour autant savoir précisément définir ce que je recherchais.

Tarot

Je l’écrivais il y a peu, la discipline de publier des articles réguliers et de les illustrer me pousse à activement faire preuve de créativité, pour tout sujet que j’aborde, et à chercher une manière de les représenter en images. Je ne me considère pas comme disposant d’un talent particulier pour la photographie, le blog m’est d’autant plus un excellent prétexte pour me forcer à dépasser ce préjugé négatif que j’ai sur moi-même. Je n’ai pas d’autre choix que de mettre la main à la pâte, ce qui m’emmène souvent vers des chemins créatifs que je n’aurais jamais explorés sans la nécessité d’une publication régulière. Et c’est par ce mécanisme d’expérimentations que j’ai abouti aux clichés qui illustrent cet article-ci.

Tout est parti de la foire aux manèges qui s’est installée près de la Citadelle de Lille, non loin de chez moi. Je n’ai plus aucun souvenir d’être allée à un tel événement étant enfant – les quelques photos que j’en ai me sont de trop lointains échos. Les foires existent dans ma tête sous forme imaginaire, nourrie d’ambiances à la Stephen King et de lieux hantés de jeux vidéos. K, surpris de mon ignorance, m’a bienveillamment tirée par la manche pour me décrocher de ces idées et me confronter à la réalité des odeurs de beignet frit et des éclairages fluo se réverbérant sur les wagons chromés des manèges.

J’aurais pu m’arrêter au côté bien trop réel de la chose. Aux emballages crasseux sur le bord des allées, au personnel qui gueule inlassablement les mêmes encouragements robotiques dans un micro saturé, à la nourriture dégueulasse et hors de prix, ou aux attractions aux peintures défraîchies. Mais il existait également dans mon esprit un autre point de vue que j’avais toute liberté de choisir.

Monster Maxxx

Ghost Train

Foire

Me laisser saturer les sens par ces sons et lumières qui m’émerveillent comme une enfant. M’asseoir avec lui au pied des machines à pince, et lécher le sucre collant à mes doigts, laissé par des churros tout chauds dévorés en regardant les passants. M’engager à reculons dans la maison hantée tellement kitch, jusqu’à me dire que c’est ce qui fait tout son charme, et rire à gorge déployée en voyant sur les écrans la photo d’une Eli terrée dans son siège. Me laisser entraîner à 50 mètres de haut par des chaises volantes, et sourire jusqu’aux oreilles tant c’était haut, tant c’était beau.

Topscan

Banzai

Infinity

J’ai retenu les lumières surtout, ces néons de mille couleurs vives qui m’ont titillé l’œil et ont planté une graine d’idée dans mon esprit. Je suis revenue à la foire quelques jours plus tard avec mon appareil photo, cherchant à expérimenter quelques poses longues. J’avais déjà en tête ces superbes images de passants fantomatiques face à ces cercles parfaits de lumière. Je prenais plaisir à m’asseoir en plein milieu des allées avec mon trépied, me prenant le temps de savourer l’atmosphère tout en laissant mon appareil capturer un maximum de ces lumières. Jusqu’à ce que ma batterie clignote en rouge sur mon écran au bout d’une heure, rappel douloureux d’une vérification que je n’avais pas faite avant de partir. Je suis rentrée avec des images pas assez abouties à mon goût, mais qu’importe ; j’avais profité de l’instant, et j’avais concrétisé mon idée. Apprenons à savourer les petites victoires.

Break Dance

Power Maxxx

La Pieuvre

Quel est le lien avec le tarot que je décrivais en début d’article ? Je n’ai pas perdu le fil, j’y viens. Quelques jours après avoir traité mes photos de manèges, je suis revenue à cet envie de publier un article au sujet du tarot. Toujours à la recherche d’idées pour l’illustrer, mon cerveau a fait le rapprochement avec ces images de fête foraine. Et si je tentais de reproduire la même ambiance avec mes images de cartes ? Plus j’y pensais, plus j’avais une idée finale en tête. Des tirages de cartes à la lumière fluo des néons de couleur. Je tenais mon concept.

J’ai passé toute une soirée à essayer de le concrétiser. J’ai acheté des intercalaires transparents de différentes couleurs, que j’ai fait tenir en équilibre devant mes lumières et mon flash. J’ai fait de nombreux tests au retardateur, à différentes intensités de lumière, avec différentes couleurs. J’ai passé une heure à prendre plusieurs dizaines de clichés. Jusqu’à m’avouer vaincue : les images résultantes n’étaient pas à la hauteur de ce que j’espérais. La lumière était juste exécrable, sans aucun rapport visuel avec l’ambiance de foire que je souhaitais imiter. Je prenais des photos au hasard, je n’avais aucune idée de ce que je faisais avec ces filtres de couleurs ; j’errais dans un bourbier technique qui me dépassait, perdant totalement de vue mon idée de départ.

Etait-ce une défaite ? Il y a quelques années, j’aurai été prise d’un accès de rage, effaçant directement toutes les images sans tenter de les traiter, me flagellant de mon incompétence et me rabaissant mentalement avec cruauté. Aujourd’hui, c’est différent. Je suis fière d’avoir essayé des choses. J’ai de jolis souvenirs de ces deux soirées à la fête foraine. J’ai appris à mieux maîtriser les temps de pose longue de mon appareil photo. J’ai essayé une nouvelle technique d’éclairage qui ne m’a pas convaincue, mais qui m’a donné envie de tester d’autres méthodes. J’ai adapté mes retouches à ces lumières étranges, ce qui m’a fait explorer d’autres voies de traitement. Et au final ? J’en ai conservé quelques photos, même si elles sont bien plus classiques que ce que j’avais en tête initialement. Mais je les aime bien. Et c’est déjà bien suffisant. J’ai mes images, place au texte maintenant.

The hermit

The hermit

J’ai acheté The Wild Unknown Tarot sous l’influence de Tumblr qui doit être à l’origine de 90 % de mes impulsions de shopping. C’était avant tout par amour de l’objet. J’ai toujours aimé les cartes à jouer par leur versatilité d’utilisation, et tout l’univers interne qu’elles contiennent. Valets, piques, reines, comme autant de possibilités d’histoires dans des mondes parallèles. J’aime les objets qui stimulent l’imaginaire, et ce jeu de tarot est parfait pour cela tant ses illustrations sont riches en symboliques. Par exemple, L’Empereur est un immense arbre bien droit face à une éclipse : il symbolise une structure bien fondée, de prestance, de consistance. Le Fils d’Epée est un hibou qui plonge en piqué, représentant la détermination, la concentration vers un objectif bien précis. Le Neuf de Deniers, un petit nid de plumes, s’axe autour du confort, du cocon, du repos.

Tous les matins en prenant mon café, je choisis de tirer une carte de mon jeu. Il y a un petit rituel que j’aime beaucoup, mélanger les cartes un certain nombre de fois, les couper dans un ordre précis, choisir une carte, se plonger dans son image, s’imprégner de ce qu’elle évoque, rechercher quelques pistes d’interprétation dans un livre – cette routine a quelque chose de rassurant dans mon démarrage de la journée.

Ma pratique du tarot est à l’opposée des diseuses de bonne aventure. Je suis bien loin de prétendre y lire l’avenir, répondre à des questions existentielles ou communiquer avec l’au-delà. Je me sers des cartes comme d’un outil introspectif : par leur symbolique, elle me sont des ancres d’attache vers toutes les pensées qui flottent à la frontière de mon conscient, et qui n’attendent qu’un coup de pouce pour se révéler. L’intérêt n’est pas de prendre une carte dans le sens propre de sa définition. Mais de révéler ce qu’elle évoque en nous.

Dix de Coupe

Le matin d’écriture de cet article, j’ai tiré le Dix de Coupe. On y observe des rayons de lumière qui émergent de chaque récipient, qui rebondissent, qui s’échangent en une dynamique rayonnante. Cette carte représente un échange d’énergies positives, un flux de multiples sources qui se croisent pour créer une nouvelle structure. C’est cette carte qui m’a donné l’idée du post : ne pas partir du point central qui est le tarot, mais parler de tous ce qui rayonne autour de l’article : la fête foraine, l’idée photo, le processus. Les nombreux liens que je fais avec des articles passés, aussi. Toutes ces idées isolées qui se croisent et se mêlent pour aboutir à une structure nouvelle qui est l’article présent.

Lorsqu’un problème me travaille, je peux choisir de tirer des cartes qui vont me donner des pistes de réflexion. D’une part, ce rituel me donne une apaisante sensation de contrôle, même si elle est illusoire – j’agis vers la résolution du problème, ne serait-ce qu’en y accordant un rituel de réflexion. D’autre part, les cartes vont souvent m’ouvrir des angles de pensée nouveaux. Une carte symbolisant la fuite du conflit va me faire prendre conscience de mes propres mécanismes d’évitement. Une autre carte évoquant le lâcher prise va me pousser à réfléchir à mon obsession du contrôle qui nourrit le problème bien plus qu’elle n’aide à le résoudre. Et ainsi de suite. J’associe souvent le tirage des cartes à l’écriture automatique. Une carte me donne un point de départ à ma réflexion, un point d’ancrage sur lequel je peux m’appuyer pour avancer.

Ace of cups

Et il y a ces coïncidences qui me font sourire, comme tirer la Roue de Fortune (symbole de changements inéluctables, de cycle d’évolution) avant une réunion professionnelle importante. Retrouver sans cesse le Chariot (symbole de persévérance face à l’adversité) à chaque tirage que je fais lorsque j’angoisse sur ma thèse. Ou encore réaliser avoir tiré le Cinq de Bâton (symbole d’égarement) le jour où j’ai échoué à concrétiser mon idée photo. Il y a l’attrait d’une certaine mystique, sans y croire vraiment tout en se plaisant à l’entretenir.

Certains diront qu’il ne s’agit que d’une mode remise au goût du jour ; personnellement, je me réjouis que de telles pratiques puissent être redécouvertes. On a beau être cartésien, on ne peut s’empêcher d’être attiré vers cette sorte de magie qui semble nous apprendre plus de choses sur nous-mêmes. Dans mon cas, le tarot n’est nullement lié à des superstitions ou des croyances en des forces extérieures ; au contraire, je tire chaque carte comme un nouveau miroir tourné vers mon monde intérieur.

The wild unknown tarot

16 commentaires

  1. Cet article tombe à pic :)
    La première fois que je me suis intéressée au tarot c’était en tombant sur les visuels de The Wild Unkown aussi, sur le blog d’Aleks si je ne me trompe pas. J’avais un peu laissé couler l’idée mais depuis quelques mois j’en apprends de plus en plus sur la pratique et je pense acquérir mon premier jeu sous peu. Je ressens un besoin d’être guidée dernièrement, d’aller chercher des réponses que je peine à trouver sans directions, et le tarot me semble l’outil idéal.

    J’ai beaucoup aimé lire le cheminement qui a aboutit à l’illustration de ton article aussi. Les photos se la fête foraine sont hypnotisantes, j’adore la toute première en particulier. Pour ma part j’adore me perdre dans ces endroits, justement parce que j’ai l’impression d’être en plein film d’horreur !

    • Ton commentaire me fait remonter le souvenir d’une vidéo très chouette qu’Aleks avait tournée avec des cartes de tarot il me semble, mais hélas je ne la retrouve plus ; c’est peut-être ce à quoi tu fais référence ?

      Il existe énormément de ressources en ligne pour se former au tarot ; mon amie Maddy m’a dirigée vers le site de Carrie Mallon que je consulte beaucoup car elle propose différentes pistes d’interprétation pour chaque carte du Wild Unknown Tarot, le deck que je possède. Après je sais qu’il s’agit d’une activité très en vogue chez les Tumblr witches wannabe, d’où l’émergence d’une foultitude de decks à des prix plus ou moins décents – je suis sûre que tu en trouveras un qui te plaira !

      Une de mes dernières découvertes était l’Arcane Bullshit qui m’a beaucoup fait rire et qui rappelle à merveille que tout ceci doit être pris à la légère :)

      Arcane Bullshit

      J’espère que les cartes pourront t’apporter un bon support introspectif – elles ne possèderont pas les réponses à tes questions, mais t’apporteront peut-être des axes de réflexion différents ? Je te le souhaite !

      • Je crois que je pensais plutôt à une mention dans un article, mais maintenant que tu le dis c’était peut-être dans cette vidéo dont je me souviens aussi (mais il me semble qu’elle n’est plus en ligne !)

        Je me suis déjà perdue plusieurs fois dans les profondeurs d’Etsy et en suis ressortie avec une wishlist longue comme le bras, j’y avais d’ailleurs trouvé le Golden Thread Tarot dont Aleks parle plus bas et je me sers de l’appli plus ou moins quotidiennement depuis ^^

        Et je note l’Arcane Bullshit qui m’a l’air fantastiquement drôle, ça ne sera sûrement pas mon premier choix mais qui sait, quand j’aurai un peu de pratique derrière moi peut-être me laisserai-je tenter, haha.

  2. Chouette article, jolie bique!

    Voici un commentaire décousu de merde pour essayer d’évoquer tout ce que ton article m’a évoqué de près ou de loin!

    – L’envie de faire des shoots un peu néons grandit pas mal en moi ces derniers temps aussi (c’est parce que j’écoute trop de vapor wave en ce moment). J’essaie d’imaginer quel résultat tu aurais voulu obtenir? Ceux que j’affectionne sont un peu comme ça:

    Mirror shades
    Neons

    Est-ce que c’est ce que tu avais en tête aussi?

    – Mon tarot coup de coeur du moment (qui me rappelle énormément le street artist Léon Ka que j’ai eu le plaisir de découvrir à Barcelone) est le suivant:

    Golden Tarot

    Golden Thread Tarot

    Apparemment imprimer du doré est très compliqué donc il est malheureusement très fragile, mais sa créatrice a créé une app. qui va avec et qui enregistre tous tes tirages pour que t y voies plus clair en matière de récurrence ce que je trouve carrément génial…!

    – Je crée un lien vite fait mal fait avec « occulte et créativité » que je ressens beaucoup dans ton article et qui me plaît beaucoup! Je me suis mise depuis peu à créer mes propres « sigil » (des symboles magiques personnels) après avoir vu une vidéo chelou sur une nana qui était spécialiste en sorcellerie sur Tinder (oui tu as bien lu):

    Video Thumbnail

    J’aimais BEAUCOUP l’approche de la présentation de création de sigil présentée dans la vidéo, mais je croyais que c’était un truc inventé par des hipsters sans grande profondeur, avant de me rendre compte que c’est en fait une pratique bien réelle qui existe depuis des dizaines d’années!

    Si tu ne connais pas déjà tout ça, je me suis dit que Austin Osman Spare t’intéresserait sans doute. C’est l’un des précurseurs de l’écriture automatique et LE créateur de la conception de sigils magiques personnels. Puisque tu aimes l’un peut-être que tu aimerais l’autre? Je me suis dit que ta passion pour la typographie trouverait peut-être écho dans ce processus de création de symboles par le biais de celle-ci.

    OUUUUUU PPPPPPPAAAAAS.

    • Je me suis permise de mettre en forme ton commentaire afin de rendre toutes les ressources que tu lies directement visibles – comme toujours, je trouve tellement chouette que tu te pennes le temps de partager les échos que tu trouves dans ce que j’écris =)

      Les photos d’inspirations aux néons sont magnifiques ! Je n’avais pas poussé mon idée aussi loin vu que je suis loin d’avoir le matériel nécessaire pour les réaliser. J’imagine qu’il s’agit de flashes dans deux directions avec des gélatines de couleur différentes ? Je peux assez bien conceptualiser le dispositif studio associé, mais suis loin d’être à la hauteur de cette ambition avec mes morceaux de scotch et mon coin de salon ^^

      J’avais plutôt en vue des saturations de couleur unie qui me paraissaient plus réalisables avec mes modestes moyens, un peu comme ces screenshots de The Neon Demon (qu’il faut que je voie – coucou Nicolas Winding Refn, encore lui) ou encore ces captures de Lost River.

      The Neon Demon screenshot

      The Neon Demon screenshot

      Lost River colors

      Mais mon résultat n’était de loin pas aussi uniforme, on aurait juste dit une balance des blancs salopée sans aucune atmosphère, c’était ridicule. D’ailleurs j’ai fort pensé à toi en me retrouvant à 11h du soir au beau milieu de mes intercalaires transparents à désespérer de ne pas savoir comment améliorer mes images. Je savais que tu étais toi-même beaucoup dans l’expérimentation photo via les autoportraits, et je me suis surprise à penser stupidement qu’à ma place, tu aurais déjà pondu de superbes images imprégnées d’une ambiance idéale… Bien heureusement j’essaye de combattre activement cette façon de me comparer qui n’est rien d’autre que toxique.

      C’est d’autant plus pour cela que je souhaitais décrire l’envers du décor dans mon article (même si c’était plutôt hors sujet). Parce que je suis fatiguée de m’écraser sous le poids des personnes qui m’inspirent et que je trouve tellement plus talentueuses que moi sur le web – alors qu’en réalité elles rencontrent tout autant d’obstacles créatifs et de galères. Il m’est facile de ne pas me rendre compte de ces derniers et de me concentrer uniquement sur le résultat final, sans envisager les heures de travail qu’il y a derrière. C’est pour cela que toutes les démarches de processus créatif m’intéressent énormément, et que je suis ouverte à partager mes propres combats à ma petite échelle ! Si un jour j’ai mon petit coin studio photo chez moi, j’investirai peut-être dans du meilleur matériel pour mieux concrétiser mon idée. En attendant, je me satisfais des images actuelles :)

      Pour en revenir au tarot, je note dans mon journal quotidien les cartes que je tire, et je me suis dit que ça serait chouette au bout d’un an de faire des statistiques pour voir si leur répartition est aléatoire ou s’il y a des tendances. Apparemment c’est exactement ce que propose l’app’ du Golden Thread Tarot :) (qui est absolument magnifique, mais j’aurais tellement peur de l’abîmer dans une utilisation quotidienne !)

      Je réalise à quel point Tumblr nous fait graviter autour des mêmes cercles d’inspirations ; ça m’ennuie parfois de constater qu’il m’est difficile de m’ouvrir à d’autres horizons créatifs par ce biais, tant je me conforte à suivre uniquement des tumblrs qui sont dans ma « zone de confort esthétique » ; ressens-tu la même chose ? Pour en revenir à ton association d’idées, le lien que tu fais avec les sigils et mon intérêt pour la calligraphie est totalement à propos, cela fait quelques temps que je m’y intéresse ! J’étais tombée sur ce post qui décrit bien la technique de base, et cette dernière rejoint un peu les agencements de lettres que j’essayais de faire pour le monogramme dont j’avais filmé la conception (première partie de la vidéo). Si j’avais plus de temps et moins la flemme, j’aimerais beaucoup continuer à explorer ces idées de lettrages – et améliorer ma technique surtout.

      Ce monsieur Austin Osman Spare m’a l’air fort intéressant, je vais creuser Internet à la recherche de ses travaux !

      Pour finir, connais-tu les Problems Glyphs ? L’artiste qui tient ce tumblr reçoit dans sa boîte des messages décrivant un problème de vie ou un état d’esprit. Elle va en extraire une phrase ou des mots qu’elle va ensuite illustrer, et envoyer le dessin associé à la personne à l’origine du message en question. Je ne suis pas très adepte de son trait, mais j’aime énormément la démarche de représenter une situation par un dessin qui va devenir une sorte de totem pour y répondre, comme un sigil peut être une sorte de talisman. Je me suis dit que ça te parlerait peut-être ? Voici un exemple ci-dessous :

      I am generally happy and do not suffer from depression but occasionally I tumble into a rage spiral. Nothing can pull me out of it and even things that are happy, cute, or lovely only serve to intensify my anger. I need something to bring me out of it. Something to direct the anger, like a maze of some sort.

      Asterion walks the labyrinth

      Asterion walks the labyrinth, par Problem Glyphs

  3. Ta façon de traiter le sujet en Dix de Coupe est originale et c’est une très bonne idée ! J’aime bien voir comment tu construits tes articles, comment tu organises tes séances de photo, le cheminement de tes idées :)

    Mais je crois qu’au delà de tout ça je suis très admirative de tout ce que tu arrives à faire avant de partir travailler. Moi qui me traîne hors du lit 15 minutes avant l’heure de partir, je n’ai le temps de que courir à la salle de bain, prendre ma gamelle dans le frigo et sauter sur ma trottinette…

    Enfin, pour en revenir au sujet de ton article, le tarot et ses cousin.e.s (runes, pendules…) m’ont toujours fascinée de loin sans que j’ose m’y frotter, bien trop cartésienne pour y croire vraiment. Peut-être est-ce une erreur ?

    Tes cartes sont en tout cas très jolies et tes photos vraiment belles ;) J’apprécie particulièrement celle du Dix de Coupe avec ce jeu d’ombre entre les tiges métalliques, l’effet est très réussi !

    • Merci pour tes encouragements dans ma démarche Swann’ ! Comme je le décrivais précédemment à Aleks, il m’est un peu trop facile de me laisser décourager par toutes ces personnes talentueuses dont j’admire le travail sur Internet – où on ne voit jamais tous les tâtonnements et les échecs qui l’ont précédé. J’essaie ainsi de mettre en avant ce processus en partageant tout le cheminement d’une idée à un résultat final.

      J’ai la chance de vivre pas trop loin de mon lieu de travail, ce qui ne m’empêche pas de me lever 1h30 avant de décoller de chez moi. J’ai besoin de m’accorder du temps le matin pour me réveiller et m’occuper de moi, j’ai du mal à envisager plonger directement dans le monde extérieur. Tirer les cartes ne me prend que quelques secondes :) Mais je t’avoue que cumuler les activités avant mon départ est parfois traître, puisque je ne vois pas toujours l’heure passer…

      Tu sais, je m’engage souvent à explorer un sujet ou une activité parce qu’elle résonne en moi d’un point de vue esthétique. Pour le tarot c’était totalement ça, j’aimais les images, le rituel – peu importent les croyances associées. La preuve, j’utilise le tirage des cartes dans une démarche introspective qui est bien loin de la cartomancie ! Tu peux totalement t’amuser à découvrir les sujets ésotériques qui t’intéressent sans pour autant leur accorder un grand poids spirituel.

      Si ça te dit, la prochaine fois que tu passeras à la maison, je te montrerai le jeu de tarot et t’en expliquerai les bases :) Tu pourras découvrir les autres cartes qui sont tout aussi magnifiques, et voir si la discipline te parle !

  4. Ton jeu de tarot est magnifique, j’ai un énorme coup de cœur. Pour ma part, j’utilise l’Oracle Bleu qui possède une autre esthétique, très colorée et un peu surréaliste. Je l’ai depuis 6 ans, c’est le tenancier de la librairie-papeterie-sorcellerie (véridique) qui se trouvait au rez-de-chaussée de mon immeuble qui me l’a conseillé à l’époque.
    Pour ma part, je réalise un tirage en pyramide (peut être existe t-il l’équivalent pour le tarot) quand je me pose une question ou quand j’essaie de résoudre un problème. Et, comme tu l’expliques très bien, j’essaie de porter attention aux idées qui surgissent plus qu’à la symbolique officielle. Le résultat est souvent troublant.

    • Chouette, tu pratiques aussi le tirage des cartes !

      Le Wild Unknown Tarot coûte cher et j’ai longtemps hésité à l’acquérir, surtout que je n’avais aucune idée de comment fonctionnait le tarot à l’époque – et finalement je ne regrette absolument pas mon investissement. Les cartes sont d’excellente qualité, glissent bien sans s’abîmer, et surtout leur imagerie m’évoque énormément de choses. Ça serait un beau cadeau à te faire offrir si tu cherches à justifier la dépense ;) ?

      Je ne me suis pas encore intéressée aux tirages d’oracles que je vois pourtant revenir souvent dans mes recherches sur le sujet du tarot – et ton Oracle Bleu est superbe, tu me donnes envie de creuser un peu le sujet.

      Le tirage en pyramide me semble très complexe, il y a de nombreuses cartes ! J’avoue avoir du mal à faire des recoupements entre plusieurs d’entre elles, je pense ne pas être encore assez familière de la discipline. En cas de question / problème je me dirige plus vers un tirage de 3 cartes simples que j’essaye d’interpréter ensemble, mais je manque encore de pratique pour savoir en tirer une image d’ensemble unifiée. J’ai hâte que ça soit un peu plus naturel pour moi.

      PS : Ta librairie-papeterie-sorcellerie me fait rêver !

      • Une petite anecdote en passant… On y trouvait des cristaux, des cartes donc, des boules de cristal, des planches oui-ja, des pendules et tout un tas de bidules intéressants. Un soir, alors que je traînais dans la boutique, une dame entre. Elle avait un air bizarre et l’accent du Centre-Bretagne, ce qui malheureusement va souvent de pair (si, si). La femme du patron, la voyant regarder les cristaux en marmonnant lui propose son aide.
        « Je cherche une pierre magique, dit la dame
        – Pour quoi faire ?
        – Pour tuer mon mari.
        – Ah madame, nous on ne fait pas ça ! » La dame sort, je m’esclaffe en regardant le patron qui soupire en me disant « Des comme ça, on en voit toutes les semaines ! »

        Bref, je repasse par ici pour te remercier car cet article m’a fait énormément réfléchir. L’énergie positive que tu mets dans tes articles est contagieuse !

        • « Une pierre magique pour tuer mon mari », haha, cette boutique avait l’air formidable ! Tu me fais penser qu’il existe un magasin ésotérique dans une rue principale de Lille, cela fait des années que je n’y suis pas passée, tu me donnes envie de replonger dans ce genre d’atmosphères.

          Je rentre tout juste du Japon aussi j’ai pas mal d’articles de côté, dont justement celui qui trace tes réflexions et où tu les lies à ce présent article. Tu ne peux pas savoir à quel point tu me fais plaisir en m’écrivant que mes mots t’ont ouvert des pistes de réflexion. Merci à toi, je vais de ce pas lire ce que cela t’a inspiré :)

  5. […] et rebattu que le Bullet Journal. C’était commun, plat. Un peu plus tard, j’ai lu cet article qui m’a donné à réfléchir. Eliness montre avec beaucoup d’intelligence et de […]

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *