Parenthèse – Nosfell

Oubliez les concerts que j’ai décrits dans l’article précédent. Les plus belles surprises arrivent lorsqu’on ne s’y attend pas, ça va finir par devenir un mantra tenace. Hier soir, j’ai vu Nosfell dans une toute petite salle dont je suis sortie en larmes, bouleversée d’avoir vécu une telle intensité de façon aussi accessible et humaine.

ARVE Error: The video is likely no longer available. (The API endpoint returned a 404 error)

Un talent inimaginable, un univers unique et infiniment riche jusqu’à inventer sa propre langue, une humilité saupoudrée d’humour, une proximité adorable et d’immenses sourires, surtout un véritable instant de poésie. Et cette voix… Un moment de grâce.

Video Thumbnail

Photos par La Maison de la Musique et Roger Do Minh

Les parenthèses sont des articles concentrés et arbitraires publiés dans l’intention d’un partage instantané.

2 commentaires

  1. Gedebor Houston

    Tiens, c’est rigolo. Tu parles encore d’un mec dont on ne parle pas assez à mon gout.

    Je l’ai découvert avec le premier album il y’a un peu plus de 10 ans maintenant, et je ne me lasse pas de l’écouter. J’ai d’ailleurs réussi à me procurer le premier CD qui n’est plus édité. C’est un régal. L’univers, la langue, la guitare, son chant … J’ai longtemps cru qu’il n’était pas seul à réaliser les voix.
    Je suis tombé sur un DVD bonus il y’a quelques temps où il explique avec une facilité incroyable ses techniques … Il dégage en plus du reste une humilité folle.

    J’ai toujours eu du mal à me lancer dans ses autres disques et j’avoue que d’écrire et de penser à son univers me donne envie.

    C’est marrant comme certains albums me plongent instantanément dans le passé. Je me revois dans les transports en commun, refaire certaines portions de routes en fonction de certains passages de morceaux. Je me rends compte que mes morceaux préférés d’hier ne le plus aujourd’hui, et j’ai tendance à m’enfoncer et à préférer ceux délaissé alors.

    C’est décidé, ce soir, je lui consacre ma soirée.

    • Je te souhaite fort de pouvoir le voir sur scène un jour : cette humilité et sincérité que tu lui as trouvées sont d’autant plus perceptibles en contact avec son public. C’était incroyablement enrichissant de le voir construire ses morceaux et les boucles qui les composent en live, cela leur a donné une toute autre dimension. Je suis moins adepte de son dernier disque (car trop attachée à son univers originel ?), même s’il est intéressant de l’écouter sortir de Klokochazia : je pense qu’il s’agit d’une démarche artistique essentielle, et je suis curieuse de découvrir son exploration d’autres horizons.

      La musique tient une place fondamentale dans notre mémoire et notre histoire de vie. Combien de morceaux me catapultent dans le contexte passé où je les ai aimés… Je suis ainsi ravie d’avoir pu par cet article te rappeler Nosfell et t’avoir fait vivre ce mécanisme l’espace d’une soirée :)

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *